jeudi 23 mars 2017

L'Institut Cerveau Vert 2063 a participé aux derniers travaux du Groupe de Travail Climat de la COMIFAC

| No comment
Comme tout le monde devrait le savoir, en dépit de l’adoption de l’Accord de Paris en décembre 2015 et de son rapide entrée en vigueur l’année dernière, de nombreux points restent encore  en suspens, sans oublier la lancinante question  de la mise en œuvre de l’Accord, notamment la question des financements des NDC et du suivi du respect de nombreux  engagements pris par les pays.
Dans ce contexte, le Groupe de Travail Climat de la COMIFAC (GTCC), qui réunit sur une base régulière les Points Focaux Climat et négociateurs de la sous-région Afrique centrale (Espace COMIFAC) est  l’organe technique majeur qui aide les Etats  à définir les positions communes de la sous-région  et  qui joue un rôle essentiel.
Cette fois- ci, ses travaux ont eu lieu à Kigali, République du Rwanda du 9 au 11 mars 2017.
Elle a connu la participation des experts de la société civile congolaise, gabonaise et équato-guinéenne.



Dans ce cadre,  il était question de faire le point sur les principales conclusions de la dernière COP 22 tenue à Marrakech  en 2016 et les positions actuelles des différents groupes de négociation ainsi que celles  des Etats de la sous-région sur les questions restées en suspens ; questions ouvertes à discussion lors du prochain round de négociations prévu à Bon en Allemagne avant la COP 23 qui se tiendra dans la même ville sous la présidence des îles Fidji  en novembre prochain. 
Cette réunion a également  mis l’accent sur le processus de mise en œuvre de l’accord historique de Paris, décidé durant la COP21.
Parmi les grandes réussites de cette réunion du GTCC, il est intéressant  de constater que les participants ont  élaboré une feuille de route pré et post COP 23 ; et préparé  des soumissions ou positions communes des Etats des pays COMIFAC, après de travaux en sous-groupes sur plusieurs sujets, notamment les questions relatives aux modalités, procédures et lignes directrices pour le cadre de la transparence pour l'action et de soutien visés à l'article 13 de l'Accord de Paris (i), aux indications supplémentaires par rapport à la section d'atténuation de la décision 1/ CP.21 sur les caractéristiques des contributions déterminées au niveau national, comme indiqué au paragraphe 26,  à l'information pour faciliter la clarté, la transparence et la compréhension des contributions définies au niveau national,  la comptabilisation des Contributions Définies au niveau National, des Parties comme indiqué au paragraphe 31, les  directives supplémentaires en relation avec la communication d'adaptation, y compris, entre notamment, en tant que composante des contributions déterminées au niveau national, visée à l'article 7, paragraphes 10 et 11, de l'Accord de Paris (ii),  et les questions relatives à l'article 6 de l'Accord de Paris (iii).  
Enfin, cette réunion s’est terminée sur une note d’espoir au regard de la bonne volonté affichée par la majorité  des participants à soutenir l’objectif REDD+ dans les négociations internationales sur le climat.

une vue de quelques participants 
Prochain rendez-vous avant la COP 23 pour faire le point sur les négociations de Bon et poursuivre la préparation de la COP 23.
Nous tenons à remercier le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC et le Projet  Régional REDD+ pour nous avoir donné l’opportunité  à la société civile de contribuer à définir les positions des pays de la sous-région sur des questions qui dépassent concernent toutes les parties prenantes.

 Fait le 23  mars 2017 à Brazzaville,  Brice Sévérin PONGUI, représentant de la société civile congolaise à la dernière réunion du GTCC, Directeur exécutif de l’Institut Cerveau Vert 2063. 
Tags :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous suivre par Email

Posts populaires