samedi 31 octobre 2015

SEMAINE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DU PLOMB DANS LA PEINTURE

| No comment


QUESTIONS-RÉPONSES :
CAMPAGNE DE SENSIBILISATION DANS LE CADRE DE LA SEMAINE D’ACTION INTERNATIONALE POUR LA PRÉVENTION DE L’INTOXICATION AU PLOMB 25-31 OCTOBRE 2015
1. Qu’est-ce que le plomb ?
Le plomb est un métal toxique naturellement présent dans l’écorce terrestre. Il a de nombreux usages (batteries plomb-acide pour véhicules motorisés, pigments et peintures, soudures, munitions, glaçures céramiques, bijoux, jouets) et on le retrouve dans certains cosmétiques et médicaments traditionnels. Quelques pays continuent également à l’utiliser dans l’essence. Son traitement, son utilisation et son élimination peuvent contaminer l’environnement et entraîner une exposition humaine. Comme le plomb est un élément chimique, une fois libéré dans l’environnement, il y persiste.
2. Qu’est-ce que l’intoxication au plomb ?
Chez l’être humain, une exposition excessive au plomb, le plus souvent par ingestion, entraîne une intoxication. L’exposition peut être de courte durée (intoxication aiguë) ou prolongée (intoxication chronique). On n’a pas encore déterminé de seuil au-dessous duquel l’exposition au plomb serait sans danger. Par conséquent, certaines autorités sanitaires considèrent que l’exposition est excessive lorsque la plombémie est supérieure à la valeur de référence pour l’ensemble de la population. Cette valeur de référence est généralement la moyenne géométrique des plombémies mesurées chez les 2,5 % ou les 5 % de la population pour lesquels celles-ci sont les plus élevées, c’est-à-dire le 97,5e ou le 95e centile respectivement. Ainsi, aux États-Unis d’Amérique, le 97,5e centile de plombémie chez l’enfant de moins de six ans est de 5 μg/dL (1). Cette même plombémie correspond au 98e centile pour les enfants de moins de sept ans en France (2).
3. Quels sont les effets de l’exposition au plomb sur la santé ?
Le plomb s’accumule dans l’organisme et touche pratiquement tous les systèmes organiques. Le plomb peut avoir des effets chroniques et néfastes chez des personnes de tout âge mais il est particulièrement nocif pour les enfants. En effet, pendant son développement, le système nerveux est vulnérable face aux effets toxiques du plomb même à des niveaux d’exposition qui n’entraînent pas de symptômes et de signes évidents. L’exposition au plomb au début de l’enfance peut entraîner une diminution des capacités cognitives, une dyslexie, un déficit de l’attention et des comportements antisociaux. L’OMS estime que l’exposition au plomb est à l’origine de quelque 600 000 nouveaux cas d’handicap intellectuel chez l’enfant chaque année. L’exposition au plomb peut également entraîner une hypertension artérielle et une insuffisance rénale et être toxique pour le système immunitaire et l’appareil reproducteur.

L’absorption de grandes quantités de plomb peut entraîner un coma, des convulsions voire le décès. Les enfants qui survivent à une grave intoxication au plomb en gardent parfois des séquelles neurologiques définitives qui peuvent se manifester par une surdité ou un retard mental.
L’OMS estime que le plomb est responsable de 143 000 décès par an et de 0,6 % de la charge mondiale de morbidité. En outre, 99 % des enfants fortement exposés au plomb vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
4. Quelles sont les sources d’exposition humaine au plomb ?
Le plomb ayant de multiples usages, les sources d’exposition potentielles sont nombreuses. On peut citer, parmi les plus importantes, la pollution de l’environnement en raison du recyclage sauvage des batteries au plomb et du contrôle insuffisant des opérations d’extraction et de fusion, l’utilisation de remèdes traditionnels contenant du plomb, les glaçures céramiques au plomb présentes dans les récipients à usage alimentaire, et les peintures au plomb. L’essence au plomb était autrefois une source importante d’exposition mais elle n’est pratiquement plus utilisée dans aucun pays.
5. Qu’est-ce que la peinture au plomb ?
Dans le contexte des mesures prises en vue d’éliminer les peintures au plomb, le terme « peinture » englobe les vernis, les laques, les teintures, les émaux, les glaçures, les apprêts et les autres revêtements. Une peinture est généralement un mélange formulé de résines, de pigments, de matières de charge, de solvants et d’autres additifs. Une peinture au plomb est une peinture à laquelle on a ajouté un ou plusieurs composés du plomb pour lui conférer des propriétés spécifiques telles que la couleur, la résistance à la corrosion ou la vitesse de séchage. Des composants du plomb sont ajoutés à certaines peintures brillantes à base de solvant. On ajoute rarement du plomb à des peintures en émulsion à base d’eau. La teneur en plomb d’une peinture peut aller de moins de 90 ppm (90 mg/kg) à plus de 100 000 ppm (100 000 mg/kg). Les peintures sans plomb ajouté peuvent contenir du plomb ayant contaminé les matières premières utilisées pour la fabrication mais dans ce cas la teneur en plomb est généralement inférieure à 90 ppm.

6. Pourquoi la peinture au plomb est-elle une source importante d’exposition humaine ?
La peinture au plomb est encore utilisée dans la majorité des pays et, depuis l’abandon de l’essence au plomb, c’est l’une des principales sources d’exposition des enfants au plomb. Une peinture au plomb intacte ne présente aucun danger mais, au fur et à mesure qu’elle vieillit, la peinture commence à s’écailler et à tomber en fragments et en poussière qui contaminent l’environnement domestique. Les fragments de peinture et la poussière sont facilement avalés par les enfants qui jouent par terre et portent souvent leurs mains à la bouche. Certains enfants attrapent compulsivement des fragments de peinture sur les murs et les ingèrent. La suppression de la peinture au plomb, par exemple lors de travaux de rénovation des logements ou d’entretien de structures peintes, telles que les ponts, peut aussi entraîner un dégagement de poussières contaminées par du plomb si des mesures de sécurité ne sont pas prises.

Les peintures au plomb peuvent rester une source d’exposition pendant de nombreuses années. Même dans les pays qui ont interdit ces peintures il y a plusieurs décennies, on en trouve encore dans de nombreux logements. Plus tôt les peintures au plomb seront interdites dans un pays, plus vite cet héritage toxique sera éliminé.
7. Quels sont les coûts économiques de la peinture au plomb ?
L’utilisation des peintures au plomb a des coûts économiques directs et indirects, notamment ceux engendrés par le traitement des intoxications, les coûts sociaux tels que la nécessité de mettre en place une éducation spécialisée pour combattre les handicaps intellectuels induits par le plomb et les pertes de productivité dues à la baisse du quotient intellectuel (QI). Ce sont les pays à revenu faible ou intermédiaire qui supportent l’essentiel des conséquences économiques de l’exposition au plomb (3). Aux États-Unis d’Amérique, on a estimé que chaque dollar investi dans la lutte contre les dangers de la peinture au plomb rapportait 17 à 221 dollars (4).
On sait qu’arrêter d’utiliser les peintures au plomb a un faible coût et plusieurs fabricants sont déjà parvenus à reformuler leurs produits pour éviter d’y ajouter du plomb.
8. Qu’est-ce que l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb et quels sont ses objectifs ?
L’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb est une initiative de nature volontaire et collaborative destinée à canaliser et à stimuler les efforts de diverses parties prenantes en vue d’atteindre les objectifs spécifiques suivants à l’échelle internationale : empêcher l’exposition des enfants aux peintures au plomb et réduire au maximum l’exposition des travailleurs à ces peintures. Ces parties prenantes peuvent être des gouvernements, des organisations intergouvernementales ou non gouvernementales, y compris de la société civile, des organismes régionaux, des organisations philanthropiques, des institutions universitaires, les médias et le secteur privé. Des particuliers peuvent également participer. L’objectif plus large de l’Alliance est de promouvoir un arrêt progressif de la fabrication et de la commercialisation de peintures contenant du plomb afin d’éliminer les risques dus à ces peintures.
L’Alliance a été créée suite à l’appel lancé, en 2002, par les gouvernements lors du Sommet mondial pour le développement durable en vue d’éliminer progressivement les peintures au plomb. En 2009, la deuxième session de la Conférence internationale sur la gestion des produits chimiques a permis de faire le point des progrès accomplis à cet égard. Les participants à cette conférence ont noté que le Partenariat pour des carburants et véhicules propres était parvenu à éliminer progressivement l’utilisation de l’essence au plomb et ont soutenu la création d’un partenariat mondial en vue de promouvoir l’élimination progressive des peintures au plomb.
L’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb est dirigée conjointement par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), conformément à leurs mandats respectifs. Pour plus d’informations sur l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb, cliquer ici.

9. Que peuvent faire les États Membres pour éliminer les peintures au plomb ?
Les composés du plomb utilisés comme pigments et pour faciliter le séchage peuvent être remplacés par des substances plus sûres. Des études ont montré que l’utilisation de ces substances, disponibles depuis plusieurs années, ne fait pas augmenter sensiblement le coût de la peinture (5). La question du plomb reste, cependant, mal connue et de nombreux pays ne disposent pas de normes obligatoires concernant les peintures au plomb.

Dans les pays où les peintures au plomb sont encore disponibles, les pouvoirs publics devraient instaurer une législation ayant force obligatoire afin d’en interdire ou d’en limiter l’utilisation. On peut, par exemple, interdire l’utilisation de tous les composés du plomb dans la peinture ou fixer un seuil, le plus bas possible, concernant la teneur en plomb autorisée dans les peintures. Pour plus d’informations sur l’instauration d’une législation ayant force obligatoire, consulter le site Web du PNUE à l’adresse www.unep.org/noleadinpaint.
On peut aussi mettre en oeuvre d’autres mesures, comme l’obligation d’utiliser des peintures sans plomb dans les bâtiments publics tels que les écoles et les hôpitaux et l’information du grand public au sujet des dangers du plomb afin de favoriser l’achat de peintures sans plomb. Cette pression sur le marché peut encourager les fabricants de peintures à prendre volontairement des mesures pour cesser d’ajouter des composés du plomb dans leurs produits.
L’élimination de l’essence au plomb a montré à quel point de telles mesures pouvaient porter leurs fruits. Dans de nombreux pays la plombémie moyenne dans la population a beaucoup baissé grâce à l’interdiction de l’essence au plomb et à d’autres mesures dans le même sens.
Les participants à la troisième session de la Conférence internationale sur la gestion des produits chimiques (Nairobi, 17-21 septembre 2012) ont approuvé une série de cibles pour les pays qui ont adopté des lois, règlements, normes et/ou procédures ayant force obligatoire afin de freiner la production, l’importation, l’exportation, la vente et l’utilisation de peintures au plomb. Ces cibles concernent en particulier l’élimination des peintures au plomb utilisées pour la décoration et de celles utilisées pour d’autres applications susceptibles de contribuer à l’exposition des enfants au plomb. Selon ces cibles, d’ici à 2015, au moins 70 pays auront mis en place des mesures de lutte ayant force obligatoire et tous les pays l’auront fait d’ici à 2020. Au 31 juillet 2015, 59 pays avaient indiqué au secrétariat de l’Alliance avoir mis en place des mesures de lutte et 18 autres pays avaient indiqué que ces mesures étaient en cours d’élaboration.
Ces cibles concernent principalement la protection des enfants – le groupe le plus vulnérable – qui sont exposés aux peintures utilisées pour la décoration mais le but est d’éliminer toutes les peintures au plomb.

10. En quoi consiste la semaine d’action internationale pour la prévention de l’intoxication au plomb ?
La semaine d’action internationale pour la prévention de l’intoxication au plomb est une initiative de l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb. Son but est d’attirer l’attention sur la nécessité de prendre des mesures pour lutter contre les effets de l’exposition au plomb sur la santé, en particulier chez l’enfant. La semaine vise notamment à amener les gouvernements, l’industrie et les consommateurs à agir davantage pour éliminer les peintures au plomb.
Les partenaires de cette campagne sont l’International Pediatrics Association, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique, l’Environmental Protection Agency des États-Unis d’Amérique, IPEN et l’Organisation mondiale de la Santé, en partenariat avec l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb. Ensemble, ces partenaires mettent au point des supports de campagne en plusieurs langues, publiés sur le site Web de l’OMS à l’intention du public.
Au cours de la semaine, plusieurs activités auront lieu dans le monde. Celles-ci seront organisées notamment par des groupes communautaires, des services de santé publique, des universités et des ministères. Les informations relatives à la semaine d’action et les supports de campagne sont disponibles ici.

11. Comment l’OMS lutte-t-elle contre les peintures au plomb et leurs effets sur la santé ?
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) considère que le plomb est l’une des dix substances chimiques les plus préoccupantes en termes de santé publique et les États Membres doivent donc prendre des mesures pour protéger la santé des travailleurs, des enfants et des femmes en âge de procréer.
Pour mieux faire connaître les dangers du plomb et la nécessité de les prévenir, l’OMS a publié sur son site Web plusieurs informations sur le plomb, y compris des documents à l’intention des décideurs, des orientations techniques et des supports pour la sensibilisation. Ces informations sont disponibles ici.
Pour aider les décideurs, les autorités de santé publique et les professionnels de la santé à mettre en oeuvre des mesures pour protéger les enfants et les adultes des effets de l’exposition au plomb sur la santé, l’OMS met au point des lignes directrices fondées sur des bases factuelles concernant la prévention et la prise en charge de l’intoxication au plomb.
Comme les peintures au plomb restent une source d’exposition dans de nombreux pays, l’OMS s’est associée au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) afin de créer l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb.
Références
(1) US CDC Advisory Committee on Childhood Lead Poisoning Prevention. Low Level Lead Exposure Harms Children: A Renewed Call for Primary Prevention. Atlanta: US Centers for Disease Control; 2012 (http://www.cdc.gov/nceh/lead/acclpp/final_document_030712.pdf, consulté le 27 juillet 2015).
(2) Détermination de nouveaux objectifs de gestion des expositions au plomb. Synthèse et recommandations. Paris : Haut Conseil de la santé publique ; 2014 (
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=444, consulté le 27 juillet 2015).
(3) Attina TM, Trasande L. Economic Costs of Childhood Lead Exposure in Low- and Middle-Income Countries. Environ Health Perspect. 2013;121(9): 1097-1102 (http://ehp.niehs.nih.gov/1206424/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=1206424, consulté le 27 juillet 2015).
(4) Gould E. Childhood Lead Poisoning: Conservative Estimates of the Social and Economic Benefits of Lead Hazard Control. Environ Health Perspect, 2009;117: 1162-1167 (http://ehp.niehs.nih.gov/0800408/, consulté le 27 juillet 2015).
(5) Brosché S, Denney V, Weinberg J, Calonzo MC, Withanage H, Clark S. Asia Regional Paint Report. IPEN; 2014 (http://ipen.org/sites/default/files/documents/Asia%20Regional%20Paint%20Report%20final.pdf, consulté le 27 juillet 2015).
= = =
Source: www.unep.org/noleadinpaint et www.who.int/pcs/assessment/public health/gael/en/index.html


Tags :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous suivre par Email

Posts populaires